Les idées fausses

Idée fausse : la 3D vaut la peine sur tous les écrans

Qu’un téléviseur ou un projecteur reproduise une image en 3D n’est pas si décisif techniquement parlant. Ce qui compte, c’est la taille de l’image ou – pour le dire plus correctement – l’angle de vue de l’image, c’est-à-dire le rapport entre la taille de l’image et l’espacement des sièges.

Les films en 3D sont d’abord réalisés pour le grand écran. Et c’est là qu’ils travaillent le mieux. Ce fait ne peut être simplement ignoré.

 

 

Cela ne veut pas dire que la 3D ne fonctionne pas sur les petits écrans – au contraire, de nombreux téléviseurs ont une meilleure image 3D que de nombreux vidéoprojecteurs. Il ne faut donc pas non plus ignorer les prix des appareils.

C’est juste que la 3D est plus belle quand on est assis devant une image plus grande. Le réalisme ressenti (ou vu) est beaucoup plus élevé que si vous regardiez un écran de télévision à 5 mètres de distance.

À mon avis, la 3D ne vaut la peine qu’à partir d’une certaine taille d’image, que chacun doit découvrir par lui-même. Pour que cela ne semble pas si négatif, je voudrais le dire autrement : Avant d’investir dans une petite image 3D, une image 2D plus grande entrait généralement dans ma maison. Et puis probablement un son encore meilleur. C’est quelque chose que l’on retrouve dans tous les films, et pas seulement dans les 20 % (bienveillants) de tous les films actuels qui sont disponibles en 3D.

 

Idée fausse n°2 : la technologie 3D n’est pas bonne en soi

La qualité de l’image dans les productions cinématographiques 3D d’aujourd’hui est presque parfaite. Bien sûr, il y a des différences, mais elles s’expriment surtout dans l’effet de profondeur. Ce qui tend à provoquer des critiques négatives et un rejet de la 3D sont les altérations de l’expérience, comme les erreurs d’image, les images fantômes ou le scintillement. Cependant, ces problèmes sont presque toujours causés par la technologie de reproduction utilisée.

La méthode de polarisation utilisée dans les salles de cinéma est particulièrement sensible au “ghosting”, c’est-à-dire aux images doubles malgré les lunettes 3D. De plus, le cinéma doit souvent faire face à des reflets de lumière dus à des lunettes bon marché. Pas étonnant que cela soit critiqué, car le film en salle est très cher et on y attend un résultat parfait.

La technologie des volets pour la maison pose moins de problèmes. Les fantômes peuvent encore apparaître sur les téléviseurs. Les projecteurs DLP, cependant, sont presque exempts de doubles images. L’inconvénient de la technologie de l’obturateur, en revanche, est une perte de luminosité et des couleurs légèrement falsifiées, qui sont largement compensées par un réglage correct de l’image. Mais après une courte période d’adaptation, vous ne le remarquerez plus, contrairement aux fantômes, qui durent tout au long du film.

Par conséquent, la 3D en général ne devrait pas être jugée et encore moins condamnée tant que vous n’avez pas vu de films différents dans plusieurs salles, y compris les home cinémas. Personnellement, j’ai toujours eu la meilleure expérience des home cinéma avec projecteurs.

 

Idée fausse n°3 : la 3D convient à tout le monde

Enfin, vous devez admettre une chose : la 3D est épuisante ! Les lunettes peuvent se presser, la vision est peu familière, et d’une certaine manière, vous regardez tout le temps dans ce tunnel, au bout duquel se trouve l’image.

Tout le monde n’est pas né pour la 3D (ce qui semble un peu drôle quand on sait que tous ceux qui ont deux yeux intacts sont nés pour ça). Certains yeux ne veulent tout simplement pas se lier d’amitié avec la vision inconnue. C’est un peu comme avec ces livres colorés dans les années 90 : Certains ont reconnu des objets tridimensionnels, d’autres des taches colorées.

Bien sûr, ceux qui portent des lunettes ont de moins bonnes cartes, car les lunettes 3D doivent s’adapter par-dessus les lunettes normales. Même si les lunettes 3D sont faites pour cela, cela peut au moins entraîner une dégradation du confort de port.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *